Intranet Pro Accessibilité + Contactez-nous Plan du site
 
Vie au quotidien
> Présentation / Plan
> Histoire/ Patrimoine
> Etablissements scolaires
> PLU
> Environnement
> Contrat Nature
> Fleurissement
> Tourisme
> Camping municipal
> Equipements et infrastructures
> Marché
> Culte
Taille du texte  Télécharger la page en pdf
Vous êtes ici > Vie au quotidien > Histoire/ Patrimoine
Etymologie
Plancoët vient du breton Plé an coat signifiant le peuple des bois.

Son appellation a subi à travers le temps quelques transformations : Plancoit, Plencoit, Plancouet, Plankoet.
Quelques repères historiques

Plancoët résulte d´un défrichement forestier et est un démembrement de l´ancienne paroisse primitive de Pluduno. Nazareth, le territoire de la commune actuelle de Plancoët situé à l´Est de l´Arguenon, est une ancienne trève de Corseul.

Plancoët se situe à l´endroit où la voie romaine venant de Corseul franchit l´Arguenon.

Au XIème siècle un château est construit par les seigneurs de Dinan. On trouve des traces de son emplacement rue de l´Abreuvoir.

Sur la rive droite, dans la paroisse de Corseul, un prieuré de Saint-Jacut donne son nom à la rue de l´Abbaye.

Les moulins de Plancoët sont connus depuis 1223. À cette date, une charte mentionne que l´abbé de Saint-Sulpice de Rennes a la rente annuelle d´une mine de froment à prélever sur les moulins de Plancoët.

Du XIème au XIVème siècle, Plancoët est un point stratégique au coeur du conflit opposant le comte de Penthièvre et le Duc de Bretagne. La plupart des maisons sont brûlées en 1252. Au XIIIème siècle, par ordre du Duc de Bretagne en 1389 le château et les fortifications sont en grande partie détruits. On peut cependant en observer quelques vestiges le long de l´Arguenon, près du parc du Pré Rolland.

L´évènement principal du XVIIème siècle est la découverte de la vierge de Nazareth en 1644, qui est à l´origine de     l´église Notre-Dame de Nazareth (1649, agrandie en 1893) et du couvent dominicain (1688), des pèlerinages et des assemblées.

La seigneurie de Plancoët est achetée en 1782 par l´oncle de Chateaubriand, qui passe le début de son enfance chez sa grand-mère, au 47, rue de l´Abbaye (aujourd´hui au 43).

En 1841, Plancoët annexe toute la partie de la rive droite qui devient la paroisse de Nazareth, le territoire de Plancoët est augmenté d´une partie de Corseul, Pluduno et Saint-Lormel.

En 1843, les communautés des trinitaires et des eudistes s´installent à Plancoët.

Le XIXème est aussi le siècle des tanneries qui forment l´une des activités principales de Plancoët.

Le trafic du port joue un rôle essentiel dans le développement commercial et industriel de la ville, auquel contribue également la construction de la distillerie. L´aménagement du port commença en 1828. Deux quais sont construits entre 1835 et 1840.

L´arrivée du chemin de fer en 1879 sonne le déclin de l´activité portuaire.

Grâce à une usine implantée dans la commune, Plancoët est l´une des premières localités de cette importance à bénéficier du courant électrique.

Personnalités liées à la commune

François-René de Chateaubriand (1768-1848), écrivain.

François Hoffman (1820-1897), peintre.

Marie-Paule Salonne (1902-1947), écrivain et poète.

Joseph Chenu (1921), écrivain.

Maurice André (1932), marin et écrivain.

Hervé Carn (1949), poète et écrivain.

 

Les monuments
Deux monuments historiques sont répertoriés sur la commune de            Plancoët :
  • La croix du cimetière, XVII ème siècle (arrêté du 28/10/1926),
  • La maison du Dôme, XVI - XVII ème siècle (arrêté du 28/10/1926).

Autres monuments :

  • Eglise Notre-Dame de Nazareth, XVIII - XIX ème siècle,
  • Eglise Saint Sauveur, XIX ème siècle,
  • Abbaye trinitaire, Rue Marie-Paule Salonne (1855), abrite actuellement un hôtel-restaurant,
  • Chapelle des Eudistes (1880), accolée à un ensemble de bâtiments qui accueillent actuellement les services de la communauté de communes.